Get Adobe Flash player

 

Commentaires :Conclusion étayée à utiliser pour la rédaction d’un rapport de stage ou d’un mémoire (niveau Bac+2 à Bac+5) constatant l’évolution d’une tendance/technologie existante. Cet exemple permet également de projeter des hypothèses et d’ouvrir sur de nouvelles réflexions.

 

Le tourisme culturel, qui avait des allures de « concept novateur » autrefois, occupe désormais une place importante sur le marché plus globale du tourisme.

 

Malgré un ralentissement ces dernières années, le marché du tourisme culturel poursuit son évolution tout en se restructurant pour faire face aux nouvelles tendances naissantes et aux changements des modes de consommations des offres culturelles.

 

On assiste en effet depuis les années 2004/2005, à la naissance d’un nouveau segment de clientèle, de plus en plus avertie, ayant des attentes fortes en termes d’enrichissement culturel et de respect de l’environnement qui forcent  les acteurs actuels du tourisme culturel à se moderniser et à intégrer des valeurs nouvelles.

 

Suivant cette optique, l’offre actuelle du tourisme culturel sera obligatoirement différente dans le futur : certains acteurs vont perdurer, et d’autres sont très fortement menacés. L’arrivée de nouveaux concurrents est également un phénomène à prévoir, mais contrairement au secteur du tourisme en général, le tourisme culturel devrait être plus épargné par le développement de l’outil Internet que les autres segments du marché.

 

En effet, le recours à « l’e-tourisme » vaut d’abord et avant tout, pour des prestations standardisées, alors que le tourisme culturel est davantage basé sur le « sur mesure » et des offres personnalisées.

 

Néanmoins, l’offre actuelle du tourisme culturel, normalement basée sur la personnalisation, n’est-elle pas entrée dans un processus de standardisation ? En effet, le client toujours en recherche de prestations originales, est de façon paradoxale, de plus en plus attentif au prix. Ces dernières exigences peuvent alors le conduire vers des prestations plus « basiques » au détriment de l’originalité et de la pleine satisfaction de ces attentes. Par là, le tourisme culturel perd un peu de sa nature car l’aspect unique et inoubliable d’un événement est bien souvent occulté au profit de la « praticité » de consommation de la prestation. Ainsi, cette tendance à la négligence du côté « personnalisée » d’une prestation au profit de la praticité et de la facilité de consommation, ne va-t-il pas faire perdre au tourisme culturel toute sa valeur ?

Partager cet article sur Facebook